14/02/2005

J'ai humé

Le parfum de ma mère, le parfum de ma soeur, de ses cheveux paille, le parfum du Chanel numéro 5, le parfum de la poudre de riz, le parfum de ses jambes, le parfum de la mer, le parfum du formica, le parfum de ma grand-mère, le parfum de sa robe de nuit, le parfum de la vieille photo, le parfum de ma mère dans ses draps noirs, le parfum de mon enfant, le parfum du lait caillé, le parfum du carton, le parfum de ses pieds de bébé, le parfum de l'herbe coupée, le parfum du jus de sureau, le parfum du curry brûlé, le parfum du léopard embaumé, le parfum des géraniums, le parfum de ses tempes, de ses cheveux bouclés, le parfum de sa nuque, de ses poils collés, le parfum de son pouce jauni, le parfum de cette classe d'humanités, le parfum du sol mouillé par la pluie à Bali, le parfum du persil, le parfum des guimauves, le parfum d'Egoïste sur la tablette de l'évier, le parfum du papier de soie froissé, le parfum des roses fanées, le parfum de la baignoire écoulée, le parfum des amours enivrées, le parfum du voisin mal rasé, le parfum de la dame aux camélias, le parfum de Marylin, dans les bras de Miller, le parfum de Circé, le parfum du Bresaola, le parfum des embruns, le parfum de sa langue, de ses doigts sur son clavier, le parfum de mon homme, de son oreiller le soir où il n'est pas rentré.
 
 
Le parfum du remord, de la chance et de la légèreté.
Le parfum de l'innocence et de la liberté.


21:20 Écrit par VN | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.