01/03/2005

Il y a 22 ans déjà

La femme de S. est assise dans le canapé. Elle feuillette le magazine Flair de cette semaine. Elle y lit un article intitulé "6 femmes devant une page blanche". On y parle de  "La robe de mariée". 
 
Son mari, un homme doux et attentionné, reconnaît la personne sur la photo en page 8. Il dit: je la connais, je l'ai prise en photo lors de vacances à Butgenbach. C'était en 1982, je crois...
 
Un email du prénommé Serge dans ma boîte G-mail. Il est très enthousiaste à l'idée de me revoir... vingt deux ans plus tard. Me laisse ses coordonnées, et aussi un portfolio de ses oeuvres graphiques. Je me rends aussitôt sur son site internet: http://www.sergedehaes.be
 
Pas de doute, il est doué. ses pastels, ses acryliques sont raffinées. L'homme travaille aux côtés de Philippe Geluck depuis des années, comme coloriste. Il a joint une photo attachée de moi. Petite fille blonde, main sur la hanche, l'air bien décidé.  

J'ai bien envie de renouer, cependant les années passées ne vont-elles pas trahir ce fragment impeccable d'une adolescence écoulée?
 
Extrait du mail de Serge:
 
Date: Fri, 25 Feb 2005 20:02:15 +0100
Subject: Photo

Bonjour!

Est-tu la même Valérie que sur cette Photo ?

Elle a été prise, il y a 22 ans à Butgenbach.
Ne la montre pas à Lionel Samain, il en serait jaloux.

Je ne me serais sans doute jamais souvenu de ton existence si cette photo n'avait pas été prise et collée soigneusement dans un album.

C'est le danger ; on prend un cliché de quelqu'un avec qui l'on
partage une activité pendant une semaine et puis hops ! Plus rien !
Mais l'image se rive dans votre mémoire et s'installe comme souvenir permanent au même titre que les fameuses madeleines de Proust. Avec le temps, cette photo est devenue familière; ce qui explique sans doute mon déclic quand des informations te concernant me sont parvenues.

L'image n'est pas innocente. Dans son sillage, elle entraîne des
fragments divers ; un caractère déjà très affirmé, une maturité
étonnante malgré ton jeune âge et même une certaine éloquence…J'ai le souvenir d'un père avocat, cette facilité de parole viendrait-elle de là ?(...)

 
J'ai coupé la suite, histoire de... me garder le meilleur.



21:01 Écrit par VN | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.